Our Story

Be Informed. Be Smart. Be Sure.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Aenean feugiat dictum lacus, ut hendrerit mi pulvinar vel. Fusce id nibh at neque eleifend tristique at sit amet libero. In aliquam in nisl nec sollicitudin. Sed consectetur volutpat sem vitae facilisis. Fusce tristique, magna ornare facilisis sagittis, tortor mi auctor libero, non pharetra sem ex eu felis. Aenean egestas ut purus nec vehicula. Morbi eu nisi erat. Nam mattis id lectus sit amet mattis. Suspendisse eget tristique neque

Working Hours

Monday - Friday 09:00AM-17:00PM
Saturday - Sunday CLOSED

Latest News

    No posts were found.

Top

Noël !

Cette icône actuelle de l’école de Novgorod* reprend la Nativité telle qu’elle était fêtée auparavant, soit dans une même fête : la Nativité comme telle, la visite des anges et des bergers et celle des Mages.

La Vierge aujourd’hui met au monde l’Éternel Et la Terre offre une grotte à l’Inaccessible. Les anges et les pasteurs le louent et les mages avec l’étoile s’avancent, Car Tu es né pour nous, petit Enfant, Dieu éternel ! (Hymne orientale)

Au centre, dans la pourpre royale, la Mère de Dieu, à côté de Jésus déposé dans la mangeoire (avec dans la grotte le bœuf et l’âne, allusion à un texte d’Isaïe : « Le bœuf connaît son possesseur, et l’âne la crèche de son maître: Israël ne connaît rien, mon peuple n’a point d’intelligence » Es. 1.3) ; venant du ciel, un triple rayon exprime l’intervention du Dieu trine.

Marie regarde avec compassion vers Joseph, qui est dans le doute et à travers lui, elle regarde vers l’humanité tout entière plongée dans les ténèbres de l’ignorance. Sa main semble désigner le nouveau-né, par ce geste elle guide tout homme vers le Fils de Dieu.

Jésus est au creux de la grotte, comme s’il était issu de la terre elle-même. Cette image nous donne le vrai sens de l’Incarnation. Lorsqu’Adam a été créé, il a été tiré de la terre, aujourd’hui le Christ- le second Adam, recrée l’homme dans sa personne. Le Fils de Dieu, au creux de la grotte, a pris notre condition humaine : il est né de la terre et retournera à la terre, lors de son ensevelissement : « Le premier homme, issu du sol est terrestre ; le second homme, lui, vient du ciel… Et de même que nous avons revêtu l’image du terrestre, il nous faut revêtir l’image du céleste » (1 Cor. 15 : 47,49).

La crèche est donc aussi un tombeau, Jésus y est couché comme dans un suaire, et la grotte qui servait d’étable est aussi la grotte du tombeau, trou sombre qui mène à la mort, autant d’allusions limpides à la mort et résurrection du sauveur, déjà en perspective ici.

Les anges « dans nos campagnes » se trouvent en haut, celui de droite tendant un voile pourpre ; un berger sonne sa trompe à droite aussi. Les Mages, représentant les nations païennes reconnaissant le vrai Dieu, arrivent par la gauche : « Ta naissance, ô Christ notre Dieu, a fait resplendir dans le monde la lumière de la Connaissance. En elle les serviteurs des astres, enseignés par l’étoile, apprennent à T’adorer, Toi, Soleil de Justice, et à Te connaître, Orient d’En-Haut. Seigneur, gloire à Toi ! » (Hymne de Noël.)

En bas à droite, les sages-femmes lavent l’enfant, dans une allusion au baptême ; notons le geste très maternelle de la femme qui tâte la température de l’eau.

En bas à gauche, saint Joseph médite sur tout ce qui se passe et reçoit « en songe » (en prière) les ordres de Dieu, tandis que le petit bonhomme devant lui n’est rien d’autre que le chaïtan (« l’adversaire » en hébreu) qui le soumet au doute. Les animaux sont en fait des moutons, semblables à ceux aux pieds du berger (sans doute a-t-on rarement vu de mouton à Novgorod ?).

*http://www.ndweb.org/2014/12/icone-de-la-nativite-ecole-de-novgorod/